Fourmiztory ! Qu'est-ce que c'est ?

À l’origine... (oui je sais, je remonte loin), c’est l’idée de mon frangin ! Dans le métro londonien, lors d’un séjour chez lui, il me dit en me tapant le bras, comme il a l’habitude de le faire pour accrocher ton attention et t’ancrer bien sournoisement son idée dans ton subconscient :

 

— Tu sais... pour ton syndrome de la page blanche, tu devrais tester un exercice ! Pourquoi tu n’écrirais pas une heure chaque jour, sans objectif, sans pression du résultat ? Une histoire courte, genre Nouvelle ou un truc comme ça !

 

En voyant que j’allais protester, il continue :

 

— Ce n’est pas grand-chose une heure ! Puis si c’est nul, tu jettes, personne ne les liras, c’est juste histoire de libérer ta plume !

 

Du coup, je divague et j’essaie de m’imaginer un petit matin au réveil avec un café devant la page blanche quand soudain, les portes du métro s’ouvrent sur notre station et me voilà embarqué dans l’aventure.

 

Je me souviens bien de ces mots-là : « Personne ne les lira » ! Sauf qu’évidemment, il les a lues ! Puis mes proches ... tous m’ont dit :

 

— Mais eh, c’est super ça, certaines sont vraiment bien, pourquoi tu ne publies pas ?

 

Sur le coup je leur ai répondu qu’à la base c’était juste un exercice. Publier c’est une toute autre histoire et ça ne prend pas qu’une heure par jour ! Mais cette idée-là aussi a fait son bonhomme de chemin et c’est comme ça qu’est né Fourmiztory.

 

Alors, vous allez me dire : c’est bien beau ton histoire, mais on ne sait toujours pas ce que c’est Fourmiztory ! Patience j’y viens !

 

C’est une maison d’édition tout simplement ! Enfin... pas seulement. Fourmiztory c’est aussi une communauté de lecteurs de tous âges qui souhaitent partager leurs passions de la lecture et de l’écriture.

 

Je vois venir votre réaction d’ici : Ahhh, c’est pour ça le nom Fourmiztory !!! L’insecte social, la fourmilière, le partage, etc... Je me disais : c’est un peu bizarre comme nom pour une maison d’édition !

 

C’est aussi un jeu de mots pour écorcher la langue de Shakespeare avec un bon accent français, ce qui donne : for me story ! Ou bien : A story for me. Traduction : Une histoire pour moi ! Car vous trouverez ici, des histoires courtes, en tout genre qui vous correspondront quelque soit votre âge ou vos goûts ! Social, Actualité, Policier, Thriller, Sciences fiction, Tranche de vie, Fantaisie, Histoire pour enfant...

 

Pour finir, Fourmiztory c’est un hommage à Bernard Werber et sa Trilogie des Fourmis qui sont les premiers livres « de grand » que j’ai lu. Ils m’ont donné le goût de la lecture et l’envie d’écrire à mon tour il y a de ça quelques années maintenant !  

 

 

Ethan J Pingault


Qui est Ethan J Pingault ?

C’est le schtroumpf là, sur la droite ! Si je vous ai mis une photo de moi ce n’est pas parce que je suis narcissique, mais parce que j’aime bien voir qui me parle et je suppose que c’est pareil pour vous !

 

Alors qui est Ethan J Pingault... ? Je vous trouve bien curieux ! Ethan J Pingault, c’est mon nom d’auteur, c’est un anagramme. Pour ceux qui veulent s’amuser le nom qui se cache derrière le « J » C’est Joe !  C’est un personnage... alors à vous de démêler le vrai de la fiction dans ce qui va suivre.

 

Ethan J Pingault est né en Normandie un jour glacial de décembre 1987. D’après ce qui se dit, sa naissance vaudrait à elle seule une nouvelle. Réservé sur sa vie privée, nous n’en saurons pas davantage... Mais est-ce vraiment important ? Ce qui compte c’est sa passion pour l’écriture n’est-ce pas ? La seule info qu’il a bien voulu me lâcher, c’est qu’il est tonton de douze neveux et nièces, sachant qu’il écrit aussi pour la jeunesse c’est malin de sa part ! Il prétend que l’écriture est vitale pour lui depuis son plus jeune âge, comme pour d’autres de cultiver des plantes carnivores, de souffler dans un trombone à coulisse ou faire des collections de peluches de nombril ! À la question à cent balles : qu’est-ce que tu emmènerais avec toi sur une île déserte, il répond : Rien ... tant qu’il me reste mes doigts et que ce n’est pas une île avec des plages de galets. Alors oui ... je sais, désolé vous n’avez pas appris grand-chose au final. Il m’a avoué au creux de l’oreille l’autre jour qu’il souhaite donner du fil à retordre à ses futurs biographes. Un dicton prétend que les yeux sont le miroir de l’âme... Pour l’écrivain ce sont ses écrits.