Écriture : 8 conseils de Stephen King

Stephen king, livres, écriture, conseils
MailyBlog 220 - Écriture : 8 conseils de Stephen King

Écriture : 8 conseils de Stephen King

MailyBlog #220

Olà Fourmiz !

Stephen King est probablement l’auteur que l’on prend le plus en exemple dans le monde de l’écriture.

Pourquoi ?

Il a vendu environ 350 millions de livres.

Il a écrit près de 50 romans et 200 nouvelles !

Sa fortune est estimée à 120 millions d’euros.

Plus de 80 de ses écrits ont été adaptés au cinéma et sur le petit écran,

4 rien qu’en 2019 : Ça 2, Doctor Sleep, Dans les hautes herbes et Simetierre.

Stephen King est sans aucun doute l’un des auteurs les plus productifs et des plus prolifiques.

C’est pourquoi son livre : « Mémoires d'un métier » est l'un des livres au sujet de l’écriture les plus vendus et le plus chroniqués au monde.

Si tu ne l’as pas encore lu, clique sur le titre du livre ci-dessus et achète-le !

Tout auteur, autoédité ou non, devrait l’avoir lu au moins une fois.

Les 8 conseils de Stephen King que je vais te partager aujourd’hui sont mes favoris.

Ils proviennent d’interviews du King du livre et de son fameux : Mémoire d’un métier.

Je les ai notés en italique et entre guillemets !

Les listes à puces sont ma façon d’appliquer ces conseils et des notes personnelles :)

Prends des notes de ton côté pour t’approprier les conseils de Stephen King !

1. Soigner l'introduction.

" La première ligne devrait inviter le lecteur à commencer l'histoire. Elle devrait dire "Écoute. Viens ici. Tu veux savoir ce qui se passe."

  • L’incipit est probablement la phrase que tu dois travailler le plus si tu souhaites attraper ton lecteur dans tes filets.
  • Entre dans le vif du sujet.
  • Évite les descriptions à rallonge dans l’introduction, commence avec une phrase courte.
  • Idéalement, commence par un dialogue.

2. Ne pas être exhaustif dans les passages descriptifs.

" La description commence dans l'imagination de l'auteur, mais doit finir dans celle du lecteur de manière à ce qu'il frémisse de reconnaissance." 

  • Ne deviens pas comme Flaubert !
  • Ce sont les personnages qui racontent l’histoire et non l’auteur !
  • Raconter à travers le dialogue et non à travers les descriptions.
  • Utiliser les sens et les images/métaphores (ex : n’écris pas « il pleut à verse » écris, « Trempé, il relève le col de son imperméable. »)

Je me répète ces phrases quand j’écris !

3. Ne pas être obsédé par la grammaire.

"Le but de la fiction n'est pas l'exactitude grammaticale, mais doit permettre au lecteur d'entrer (dans le roman) pour lui raconter une histoire."

  • C’est difficile à accepter, mais les best-sellers ne sont pas les livres les mieux écrits ou avec un français impeccable. Mais ceux qui sont écrits de la manière la plus simple et la plus compréhensible pour le lecteur.
  • Maintenant, si tu souhaites écrire pour gagner le Goncourt, libre à toi de peaufiner tes phrases pour les rendre impeccables et poétiques. Mais si tu souhaites toucher de nombreux lecteurs, écrit dans un langage simple et actuel.
  • Utilise le vocabulaire du quotidien et un style parlé.
  • Pour convaincre, il faut être compris ! (Pour illustrer : ce n’est pas pour rien que Trump a gagné les élections américaines, ses discours étaient plus simples et plus clairs que ceux d’Hillary.)

4. Le travail de documentation ne doit pas supplanter l'intrigue.

" Si vous avez besoin de faire des recherches en rapport avec des choses que traitent certaines parties de votre histoire et que vous connaissez très peu, rappelez-vous ce mot: arrière-plan. C'est l'endroit auquel appartiennent les recherches : placez-les aussi loin dans la toile et la trame de fond que vous pouvez. Vous pouvez être fasciné par ce que vous apprenez (...) mais vos lecteurs vont probablement beaucoup plus se soucier des personnages et de l'histoire." 

  • Par exemple, n’oublie pas que l’on choisit un lieu pour porter l’histoire et non l’histoire pour raconter un lieu.
  • Ne pas faire comme Christian Jacq (que j’adore) qui décrit un char égyptien durant 3 pages au milieu d’une scène de guerre, ça détruit l’action.
  • J’ai beaucoup appris des romans Kent Follett à ce sujet.
  • Le roman n’a pas pour but premier l’apprentissage, mais le divertissement. 

5. Éteindre la télévision et éliminer les distractions.

" Il ne devrait pas y avoir de téléphone dans la salle où vous écrivez, encore moins de télévision ou de jeux vidéo prêts à vous distraire (...). La télévision pendant le travail est la dernière chose dont un auteur en herbe a besoin."

  • Coupe le smartphone. (Pas de mode silencieux, avion ou autre éteint-le)
  • Coupe internet. (Les recherches, c’est avant ou après. N’utilise pas cette excuse.)
  • Signifie à tes proches de ne pas te déranger. (Enferme-toi à clef si nécessaire.)
  • Sur le bureau : le cahier et le crayon ou l’ordinateur sans internet, c’est tout. (Et une boisson si besoin)

6. Respecter des délais.

" Le premier jet d'un roman, même long, ne devrait pas vous prendre plus de trois mois à écrire, ce qui correspond à la longueur d'une saison."

  • Structurer son premier jet.
  • Pour cela, fixer un nombre de mots par jour/heure, et s’y tenir.
  • Se mettre des gages, si ce n’est pas fait. (ex : écrire une heure de plus)
  • Certains publient 5 livres par an, pourquoi pas toi ?
  • Ce n’est pas si dur d’écrire 1000 mots par jour. (Et c’est déjà 30000 mots par mois. Soit un roman de 90000 mots en trois mois.)

7. Écrire et lire tout le temps.

" Si vous voulez être écrivain, vous devez privilégier deux choses: lire beaucoup et écrire beaucoup. Si vous n'avez pas le temps de lire, alors vous n'avez pas le temps (ou les outils) pour écrire (...). J'écris moi-même tous les jours, même à Noël, le jour de la fête nationale et le jour de mon anniversaire."

  • La clef du succès, c’est d’écrire chaque jour.
  • La clef de la productivité, c’est de se mettre des doses. (ex : le nano)
  • Lire un livre par semaine minimum. (N’ait pas peur de la copie ou du plagiat, c’est juste de l’inspiration)

8. Rester fidèle à son propre style.

"Personne ne peut imiter l'approche d'un écrivain à un genre précis, même si ce qu'il fait semble simple." 

  • Cela ne veut pas dire de ne pas copier !
  • Le plagiat est quelque chose de naturel, tous les artistes apprennent en copiant.
  • (un MailyBlog arrive bientôt sur le mimétisme)
  • L’idée, c’est de comprendre le style de l’autre et d’en tirer le meilleur pour soi. (Picasso a passé des jours à copier les anciens peintres comme Vinci avant de trouver son propre style)

Vous êtes plus de 30 nouveaux abonnés aux MailyBlog à nous avoir rejoints ce weekend durant ma petite pause fêtes des Lumières à Lyon !

C’est vraiment génial !

Si tu le souhaites, tu peux télécharger le T2 de « L’Autoédition Expliquée » gratuitement via ce lien : https://amzn.to/2Pq1DH1

J’y décortique les différents aspects de l’autoédition avec toi.

 

À demain,

Ethan

 

PS : Je te laisse avec une photo ;)
Si tu souhaites voir deux vidéos de la fêtes voici les liens :
https://cutt.ly/fe48DRP

https://cutt.ly/de48GaK

Tu aimes cet article ?

 

C’est un MailyBlog !

 

Si tu es prêt à recevoir chaque jour un email rempli d'idées de lecture, d’astuces d'écriture et de conseils sur l’autoédition comme celui que tu viens de lire et tu veux être sûr de n’en manquer aucun, inscris-toi ici :

Les emails sont gratuits, tes informations resteront privées et tu pourras te désinscrire à tout moment d’un simple clic.

" Décidément tu tapes toujours dans le mille. ;P

A la suite de mon mail la dernière fois et de tes réponses, j'ai décidé de savoir qui j'étais(chez moi c'est pas naturel lol). Bref, je me suis dit que d'assumer ma "différence" si je peux te dire, ferait ma force. Alors j'espère que cela portera ces fruits en tout cas j'ai l'impression d'avoir de meilleurs rapports avec ma petite communauté" 

 

 Anaïs Blandin Mony