N’abuse pas quand même ! (L’exagération et l'ironie)

Comment utiliser l'exagération et l'ironie dans un roman pour créer une connexion profonde avec le lecteur !
Le MailyBlog #14 : N’abuse pas quand même !

MailyBlog #14

Olà Fourmiz !

 

Je suis chez mes parents pour les fêtes, je fais vite pour l’intro !

 

Quand je te dis « n’abuse pas », je ne te parle pas du repas de Noël, mais de l’exagération et de l’ironie ^^

 

Sans plus de blabla, voici deux nouveaux procédés de la blague à utiliser dans tes écrits pour créer une réelle connexion entre ton lecteur et ton livre.

 

Tu n'as pas lu le MailyBlog 13 ?

 

Clique sur ce lien pour lire le premier processus d'écriture de la blague ! 

2 L’exagération

Dans la blague comme dans le roman, l’exagération permet de donner du caractère à ton histoire !

 

Ce qui est bien, c’est qu’on peut tout exagérer : une situation, une conversation, un personnage, un comportement, les tics de langage.

 

Tu peux lire ma nouvelle : « Putain de peupliers ! » que j’ai écrite spécialement pour travailler sur l’exagération et la création de personnages forts. 

 

Gad Elmaleh surjoue ses personnages pour renforcer leurs traits de caractère, c’est ce qui fait rire la salle.

 

Attention : ne pas tomber dans le cliché et le stéréotype, le roman n’est pas une blague !

 

Par exemple le cliché du bon (super intelligent et beau) et du méchant (stupide et moche) qui revient trop souvent !

Le monde n’est pas blanc ou noir...

3 L’ironie

L’ironie est le style d’humour que j’utilise le plus au quotidien, car il est facile à mettre en place, il suffit juste d’être observateur et d’avoir de la répartie !

 

L’ironie ne s’applique pas forcément au roman complet, mais plus à la satire ou au conte philosophique. C’est cependant un procédé d’écriture humoristique que l’on peut détourner en trait de caractère d’un personnage afin de véhiculer un message fort.

 

Elle permet de détendre une situation tendue dans ton roman ou de donner un côté attachant à un personnage désabusé.

 

Si tu écris sur des sujets polémiques, l’ironie est un bon moyen de désamorcer les tensions ou au contraire d’enfoncer le clou.

 

« L’ironie est une manière de persuader quelqu’un en vue de faire réagir un lecteur, un auditeur ou un interlocuteur. Elle est en outre utilisée pour dénoncer, critiquer quelque chose ou quelqu’un. Pour cela, le locuteur décrit souvent la réalité avec des termes apparemment valorisants, dans le but de la dévaloriser. L’ironie invite donc le lecteur ou l’auditeur à être actif pendant sa lecture ou son audition, à réfléchir et à choisir une position. » Wikipédia

 

En faisant réagir le lecteur en le poussant à choisir et agir, l’ironie crée chez le lecteur une attache émotionnelle forte, l’implique et le pousse à prendre position.

 

Demain, on attaque l’absurde et la répétition... après c'est Noël, fini le boulot, promis je te laisse des vacances :) 

 

À demain,

Ethan

Tu aimes cet article ?

 

C’est un MailyBlog !

 

Si tu es prêt à recevoir chaque jour un email rempli d'idées de lecture, d’astuces d'écriture et de conseils sur l’autoédition comme celui que tu viens de lire et tu veux être sûr de n’en manquer aucun, inscris-toi ici :

Les emails sont gratuits, tes informations resteront privées et tu pourras te désinscrire à tout moment d’un simple clic.

" Je trouve toujours ça utile. Cela ne peut-être que bénéfique. Pour ceux qui débutent, et les écrivains en herbe en auto_édition, comme moi."

F. J. Thomas