Les Sans-Terre - Nouvelle

Titre : Les Sans-Terre

Auteur : Ethan J Pingault

Type : Nouvelle

Collection : 2017

Age : Adulte

Date : 22/11/2017

Nombre de mots : 419

Format : Lecture en ligne

Couverture - les sans-terre - Ethan Joe Pingault - Livre gratuit

Les Sans-Terre

Ethan J Pingault

 

Publié par FourmiztoryEdition

Copyright 2017 Ethan Joe Pingault

ISBN : 978-2-37809-003-6

Dépôt légal : Octobre 2017


Dans le royaume froid de Tiskal, à l’orée de la forêt noire, certaines toitures de chaume se sont écroulées sous le poids de la neige qui recouvre la vallée de son lourd manteau. Les sapins courbent l’échine accablés par ce fardeau. Aucune cheminée ne fume, car le bois est ramassé pour être revendu au profit du seigneur. Les gens ont faim, la famine guette. Les greniers sont vides, les collecteurs d’impôt ont pris plus que leur part. Les petites gens sont faibles, malades et affamés.

Plus haut sur le promontoire rocheux, le château du maître se dresse, majestueux. La fête bat son plein dans la grande salle. L’écho renvoie dans la vallée la mélodie des vielles et des lyres qui font résonner leurs coffres. Le son du tambourin laisse imaginer la danseuse en transe qui suit le rythme. Sur les coussins moelleux et les tapis d’Orient se prélassent quelques privilégiés. La lumière chaude des lustres semble donner vie aux scènes et aux icônes religieuses peintes sur les murs. Les mosaïques d’or et de pierres précieuses scintillent de mille éclats. Des obèses s’empiffrent : sangliers aux pommes, cygnes rôtis aux figues. Des fruits débordent des coupes en porcelaine. Ils sont foulés aux pieds par des servantes portant des plateaux d’argent sur lesquels des verres en cristal remplis de liqueur tintent joyeusement. Le vin coule à flots. Les mentons au gras double sont mouillés de la récolte des vignes, si bien que les cols des tuniques en soie d’Asie et satin brodé d’or sont souillées. Elles serviront pour essuyer les doigts boudinés des marchands repus.

Le seigneur du château se réchauffe près de l’une des nombreuses cheminées de la salle admirant l’orgie. Il sourit d’aise devant tant de...

— Les sans-terre, des centaines, ils sont des centaines ! crie un garde en surgissant dans la pièce par une entrée dérobée.

— Les portes nous protègeront ne t’en fais pas ! le rassure le maître du lieu certain de ses défenses, se croyant en sûreté entre ses murs.

— Seigneur, ils ont déjà réussi à rentrer, des centaines... hurle le garde.

— Comment ont-ils passé les grilles ? s’étonne le suzerain inconscient du danger.

Déglutissant le garde reprend :

— Ils sont si maigres... ils se sont glissés entre les barreaux. Les sentinelles se font attaquer à coups d’ongles et de dents. J’ai vu des sans-terre affamés dévorer goulûment le cadavre d’un malheureux... fuyez nous sommes perdus ! Ils réclament ce qui leur revient.

La porte de la grande salle cède. Le seigneur réalise que c’est la fin de son royaume.

Tu as aimé la nouvelle ? Si tu lis cette phrase, c'est surement que oui ! Merci pour la lecture !

Si tu es prêt à recevoir chaque mois une nouvelle comme celle que tu viens de lire directement dans ta boite mail, une histoire courte, qui te correspondra quels que soient ton âge ou tes goûts, inscris-toi ici :


Qu'est ce que tu penses de cette nouvelle ?